Interview Charles Descamp Les Sept Collines Immobilier - Le temps d'écrire

Interview Charles Descamp

Charles Descamp ouvre sa pro­pre agence immo­bil­ière à Tulle, Les Sept Collines Immo­bili­er. Il nous racon­te cette nou­velle aventure.

Client : Les Sept Collines Immo­bili­er Tulle

Date : avril 2021

Les Sept Collines Immobilier :

avant-gardiste, proche des gens et sensible à l’écologie


Originaire de Tulle, Charles Descamp a pris la responsabilité de l’agence RE/MAX Sélection dans le quartier du Trech pendant trois ans. Aujourd’hui il ouvre sa propre agence immobilière dans l’avenue Victor Hugo, Les Sept Collines Immobilier.

À quoi avez-vous pen­sé ce matin ?

Ce matin j’ai pen­sé à mon inter­ven­tion au BNI, un réseau de chefs d’entreprise du tis­su économique local. En 45 sec­on­des je devais met­tre en avant un argu­ment com­mer­cial en exposant ce que je peux apporter à mes clients. Puis comme d’habitude j’ai pen­sé au déroulé de ma journée.


Charles pourquoi avez-vous fait le choix de l’immobilier après le droit ?

Au départ je voulais être avocat parce que j’aimais bien l’art oratoire et convaincre un auditoire. Puis je me suis aperçu que le droit était plutôt un environnement froid et en Master de droit des affaires, j’ai regretté que l’approche ne soit que trop théorique. J’ai intégré alors une Licence professionnelle des métiers du droit de l’immobilier, qui m’a tout de suite beaucoup plu. Nous apprenions non seulement les techniques de vente mais aussi les aspects juridiques, avec la réglementation professionnelle et le droit de la vente immobilière en général. J’ai ainsi trouvé le juste milieu entre l’approche juridique de mon parcours précédent et une approche commerciale, avec la négociation, le contact clientèle et le démarchage. Grâce à cette licence je suis titulaire de la carte professionnelle d’agent immobilier. 

Que vous apporte ce métier ?

Je fais ce métier parce qu’il me passionne, je me sens utile et j’aime les gens. C’est un métier où je me réalise et je n’ai pas véritablement l’impression de travailler. Je me sens utile parce que j’apporte une plus-value aux clients que j’accompagne. Acquérir un bien immobilier est un projet de vie, ce n’est pas l’achat d’une baguette de pain. On met donc en place un véritable accompagnement. Nos clients restent et nous suivent pour leurs projets et c’est plutôt sympathique d’avoir régulièrement de bons retours.

Interview Charles Descamp Les Sept Collines Immobilier - Le temps d'écrire

Que vous ont apporté vos trois années d’expérience comme responsable d’agence ?

Responsable d’agence à Tulle au sein d’une franchise fut extrêmement enrichissant. J’ai approfondi ma connaissance du tissu local et développé mon réseau professionnel grâce notamment au BNI. Aujourd’hui la volonté de ne plus être franchisé a du sens car nos clients souhaitent souvent avoir affaire à une personne de confiance. À Tulle davantage qu’ailleurs le nom et le prénom viennent avant le nom de l’agence. Mon nom et mon prénom ont maintenant gagné en notoriété et les clients ont de la mémoire. Les Tullistes ne réclament pas des réseaux superpuissants mais de l’humain avec de l’écoute avant tout.

Une identité de proximité assumée

Com­ment vous est venue l’idée de créer votre pro­pre agence ?

J’ai créé cette agence pour vol­er de mes pro­pres ailes et met­tre en place des idées qui me ressem­blent et aux­quelles je crois. J’ai ren­con­tré mon asso­cié grâce au BNI, et nous sommes par­tis pour une longue route com­mune je l’espère ! Avoir sa pro­pre agence per­met de déter­min­er sa poli­tique et de met­tre son équipe en avant. Je dois beau­coup à cette per­son­ne qui m’a ten­du la main, surtout dans quelques moments délicats.


Charles, parlez-nous du choix du nom et du logo de votre agence.

Tulle est surnommée la ville aux sept collines. La couleur verte du logo rappelle notre département, la Corrèze, pays vert avec ses forêts, sa nature et son engagement dans l’écologie. L’identité de notre agence peut se résumer ainsi : un côté avant-gardiste avec une empreinte digitale et une forte communication sur les réseaux sociaux avec en même temps une véritable proximité. Nous avons vraiment voulu nous démarquer des grands groupes et axer notre image sur un ancrage local, en devenant les intervenants privilégiés de nos clients et en étant présents sur le terrain lors de manifestations culturelles, sportives et associatives. Nous sommes sur un territoire rural et cela a du sens pour nos clients.

L’aspect écologique semble avoir de plus en plus d’importance dans l’immobilier.

Oui c’est très vrai. Les passoires thermiques sont amenées à disparaître et quand nous mettons un produit en vente, nous procédons au diagnostic de performance énergétique pour savoir si le bien est énergivore ou non. Pour notre enseigne, nous avons véritablement pris le parti de choisir les matériaux écologiques en évitant les LEDs qui consomment trop d’électricité. Nous avons une vraie démarche d’éco responsabilité et tous nos supports de communication seront en papier recyclé. Adieu les flyers synonymes de pollution visuelle ! Nous optons plutôt pour l’écoresponsabilité et la qualité des matières premières.

« Je ne suis pas agent immobilier mais accompagnateur de projets »

Charles, com­ment décririez-vous votre activité ?

Nous tra­vail­lons à Tulle et son aggloméra­tion, sur un ray­on d’environ 40 km autour de la ville. Nous pro­posons la vente des­tinée aux par­ti­c­uliers d’appartements, de maisons, de ter­rains mais aus­si l’estimation, avec plusieurs scé­narii : l’estimation pour une suc­ces­sion avec un notaire désireux d’avoir un chiffrage ou bien pour une banque con­cer­nant un vendeur qui souhaite inve­stir. L’avis de valeur sera remis sous 48 heures après un déplace­ment chez le client avec un mesurage, une prise de ren­seigne­ment et une étude du marché local. Enfin, et c’est ce qui fait notre orig­i­nal­ité, nous pro­posons un ser­vice d’accompagnement dans le finance­ment. Notre parte­nar­i­at priv­ilégié avec un courtier spé­cial­isé nous per­met d’être très réac­t­ifs et de cibler les attentes immo­bil­ières et les disponi­bil­ités finan­cières de nos clients. La spé­cial­i­sa­tion devient une néces­sité dans notre méti­er comme dans beau­coup d’autres.


Quelles valeurs souhaitez-vous mettre en avant dans votre nouvelle agence ?

Nous souhaitons délaiss­er le côté froid et austère d’une agence immo­bil­ière clas­sique pour créer une sorte de cocon famil­ial. Quand nos clients pousseront la porte, ils entreront dans un envi­ron­nement chaleureux, agréable, accueil­lant et bien­veil­lant. L’espace accueil cosy les met­tra en con­fi­ance et nous per­me­t­tra d’aborder les ren­dez-vous avec aisance et facil­ité. Notre slo­gan, « une exper­tise locale pour un accom­pa­g­ne­ment opti­mal » mon­tre que nous sommes bien implan­tés sur Tulle et que nos clients ne sont pas de sim­ples man­dats. Je dis sou­vent que je ne suis pas agent immo­bili­er mais accom­pa­g­na­teur de pro­jets. C’est cela qui nous démar­que et nous rend différents. 

Deux qualités précieuses : esprit d’entreprise et travail d’équipe

Quelles sont les qual­ités néces­saires dans votre métier ?

Les qual­ités sont très nom­breuses. La pre­mière c’est l’humilité puis vien­nent ensuite l’organisation, le goût de la négo­ci­a­tion, le désir d’apprendre, l’empathie, la réac­tiv­ité. Il faut égale­ment être fort psy­chologique­ment car nous pou­vons être con­fron­tés à des dif­fi­cultés. L’esprit d’entreprise et la capac­ité à tra­vailler en équipe sont égale­ment pri­mor­diaux car, tout comme dans une équipe de foot­ball, c’est de la com­plé­men­tar­ité et de l’entraide entre les dif­férents pro­fils de joueurs que découleront la réus­site et la sat­is­fac­tion clien­tèle. Cela a presque autant d’importance que le chiffre d’af­faires ou que le nom­bre de trans­ac­tions. Et nous allons le mesur­er par le référence­ment en ligne, de plus en plus de clients faisant aujourd’hui la démarche de con­sul­ter les avis sur Google.

Interview Charles Descamp Les Sept Collines Immobilier - Le temps d'écrire

Dites-moi Charles, com­ment allez-vous vous démar­quer en ter­mes de communication ?

Nous allons nous démarquer en axant notre travail sur deux points fondamentaux, à savoir une forte communication axée sur la vidéo, couplée avec une implantation soutenue dans le tissu associatif et économique local. Nous aurons également à cœur de partager les actualités locales sur la commune et de recommander les commerçants de proximité. J’ai prévu d’acheter un vélo électrique dans une boutique à proximité, toujours dans cet esprit de démarche écologique. Nous allons également mettre en place un partenariat avec un libraire de la ville, qui offrira pour chaque livre acheté un marque-page à l’effigie de notre agence. 

« La pandémie a changé notre métier »

Charles j’imagine que la pandémie a eu des impacts sur votre façon de travailler.

Oui c’est très clair, l’émergence de la crise san­i­taire a con­sid­érable­ment changé notre méti­er. Nous avons été con­traints de tra­vailler dif­férem­ment, en pro­posant des vis­ites virtuelles sur smart­phone. En une heure, nous sommes capa­bles de men­er une vis­ite avec notre client en lui mon­trant les pièces et en répon­dant à ses ques­tions. Cette pre­mière approche est con­fir­mée ensuite par une vis­ite physique lors de laque­lle tout un pro­to­cole san­i­taire est mis en place. L’aspect san­i­taire doit pren­dre le pas sur l’aspect pro­fes­sion­nel : nous pro­té­geons nos clients en lim­i­tant le nom­bre de per­son­nes sur site. Le deux­ième impact est que nous ne pou­vons plus faire de dis­tri­b­u­tion de fly­ers ni frap­per aux portes. Nous axons prin­ci­pale­ment notre com­mu­ni­ca­tion sur le dig­i­tal et les réseaux soci­aux comme Face­book et Insta­gram et nous ciblons la pop­u­la­tion plus âgée par télé­phone et par le bouche à oreille.


La donne a‑t-elle changé en matière d’achat immobilier ?

Oui la donne a changé en effet. Nous avons assisté à une recrude­s­cence d’acquéreurs désireux d’acheter une rési­dence sec­ondaire sur le ter­ri­toire de Tulle, d’où ils pour­ront faire du télé­tra­vail facile­ment tout en béné­fi­ciant d’une très bonne qual­ité de vie, pro­pre à la Cor­rèze. Nos con­tacts acquéreurs se divisent en deux pop­u­la­tions : les locaux qui ont dif­fi­cile­ment vécu les con­fine­ments dans des apparte­ments exi­gus et qui recherchent une mai­son, et les acquéreurs extérieurs, de plus en plus nom­breux, venant essen­tielle­ment de la Région parisi­enne, de Bor­deaux ou même du nord de la France, qui font le choix d’une qual­ité de vie con­cil­i­able avec leur par­cours pro­fes­sion­nel. En par­al­lèle, nous assis­tons à une raré­fac­tion des biens immo­biliers à ven­dre.


Quelle difficulté avez-vous rencontré lors de la création de votre propre agence ?

J’avais déjà procédé à une création auparavant et c’était un gros avantage. La principale difficulté a été de respecter un planning et de terminer les travaux pour que l’agence soit prête à accueillir la clientèle le 5 mai, date de la sortie du confinement. Nous avons ensuite dû communiquer pour que nos clients ne nous oublient pas, en dévoilant nos activités, l’emplacement du local et nos valeurs d’entreprise.

« Accompagner nos clients de manière optimale »

Comment va être composée votre équipe ?

Je vais être accompagné par Pierre Vidal, un apprenti qui valide sa licence professionnelle en alternance avec la CCI de Limoges et à qui je prédis un bel avenir professionnel. Il fait d’ores et déjà preuve d’une belle maturité et d’un vrai sens des responsabilités. Nous sommes aussi à la recherche d’un agent commercial de façon à assurer un maillage du territoire au travers de trois différents profils.

Pourquoi vient-on vous voir vous ?

On vient nous voir parce que nous sommes capables d’apporter une plus-value à la clientèle. Notre travail ne se limite pas à la simple ouverture d’une porte avec des clefs bien rangées dans une agence, il commence dès le premier contact avec le client, pour l’accompagner de manière optimale jusqu’à la signature de la vente définitive chez le notaire. Dans l’inconscient collectif le métier d’agent immobilier est limité à la seule activité de visite. Ce qui va nous démarquer c’est notre expertise locale sur le bassin de Tulle et notre visibilité, assurée par les passerelles Internet comme Le bon coin, qui est le numéro 1 et qui assure 90 % des ventes, en plus de notre site Internet et de nos publications sur les réseaux sociaux. Enfin, pour nous démarquer du schéma classique, nous n’aurons pas d’accueil classique à l’agence mais nous assurerons une permanence. En effet, un client qui se retrouve face à une agence fermée ou qui n’a pas d’activité va aller voir ailleurs et c’est tout à fait normal. 

« Essayons d’apporter une lueur d’optimisme à la ville aux sept collines »

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait se lancer dans l’immobilier ?

Mon conseil serait d’avoir beaucoup de caractère, d’être passionné, curieux et de ne pas s’arrêter à la première difficulté. Ce métier est très complexe, nous apprenons tous les jours et nous avons toute la vie pour nous former. Enfin, il faut rester naturel, authentique et ne pas jouer à l’agent immobilier en costume/cravate qui roule des mécaniques.

Quelle est votre vision de l’évolution du métier ?

Ce méti­er va se dématéri­alis­er et aller de plus en plus vers les nou­velles tech­nolo­gies, avec notam­ment des vis­ites virtuelles ou des reportages faits par des drones. Le plus dif­fi­cile sera de trou­ver le juste équili­bre entre une vision à long terme, plutôt tournée vers une agence immo­bil­ière 2.0, tout en restant dans son temps, sans être trop en avance. Une idée peut être bonne mais elle ne l’est pas for­cé­ment au moment où l’on souhaite l’appliquer, ni sur la zone géo­graphique tra­vail­lée. Aujourd’hui, les clients veu­lent de plus en plus con­fi­er leur pro­jet immo­bili­er à un pro­fes­sion­nel du cru, bien implan­té sur Tulle.


Com­ment envis­agez-vous l’avenir ?

Je souhaite que cette implan­ta­tion locale et cette nou­velle créa­tion se traduisent par une con­fi­ance vis­i­ble de nos clients. L’objectif à moyen terme va être d’avoir une activ­ité essen­tielle­ment basée sur la recom­man­da­tion et le bouche-à-oreille. L’idéal serait de me retrou­ver face à des clients qui ont automa­tique­ment pen­sé à une agence locale qui dis­pose d’un savoir-faire et d’une sat­is­fac­tion recon­nue par tous. Je n’ai pas la folie des grandeurs : dès lors que j’au­rai une équipe épanouie au sein de ma struc­ture, j’aurai créé un vrai esprit de famille.


Quel sera votre dernier mot ?

Mal­gré le cli­mat morose actuel et la dif­fi­culté à se pro­jeter, notre ambi­tion va être de don­ner à nos clients une per­spec­tive d’avenir, une joie de vivre et une envie d’avancer en com­mençant l’écriture d’une nou­velle aven­ture à nos côtés. Essayons de ressor­tir plus forts de cette dif­fi­culté et d’apporter une lueur d’optimisme à la ville aux sept collines.

Interview menée et rédigée par Valérie Chèze, Le temps d’écrire, avril 2021

Vous êtes prêt à vous lancer ?

Oui, je prends ren­dez-vous car je veux en savoir un peu plus

Une pre­mière ren­con­tre en visio­con­férence pour faire connaissance 

et éval­uer vos besoins.

Le temps d’un clic et j’écris pour vous ! 

S’in­scrire à la Newsletter

Abon­nez-vous à la newslet­ter et recevez en cadeau mon arti­cle “Les 12 règles à suiv­re pour écrire un email pro ”